Niitsitapiisini : notre façon de vivreAccueil

 

Les rabatteurs et le pisskan (le précipice à bisons)

La vie auprès des bisons

Les rabatteurs et le pisskan

(le précipice à bisons)

Cérémonie de l'appel du Bison

Avant la chasse, certains d'entre nous se réunissent dans un tipi et tiennent une cérémonie. Ils interprètent des chants spéciaux en l'honneur du bison. Ils prient en faveur d'une chasse fructueuse, qui nous assurera une bonne provision de viande pour l'hiver qui vient. Ils remercient les bisons de sacrifier leur vie pour nous.

Si la cérémonie est correctement exécutée, les bisons sauront que nous les respectons. Ils se laisseront conduire vers le pisskan (le précipice à bisons).

Rassemblement des bisons

Les jeunes gens sont envoyés pour attirer les bisons vers la falaise. Pour éviter d'être blessés et pour faire bonne chasse, les hommes se préparent de manière spéciale.

Les jeunes hommes doivent être bons coureurs. Ils doivent pouvoir passer de longues périodes sans boire ni manger. En effet, il est possible que les bisons s'aperçoivent de la présence des chasseurs, à proximité, si ces derniers prennent une pause pour le repas.
Les hardes de bisons

Les peaux de loup

Certains rabatteurs portesnt une peau de loup. Les loups sont des prédateurs et les bisons les craignent. Quand les bisons repèrent un loup, ils s'enfuient.
Les peaux de loup


Les peaux de jeunes bisons

Certains hommes portent une peau de veau et beuglent comme un jeune animal égaré. Les bisons se dirigent vers lui pour le sauver.
Les peaux de jeunes bisons

Les rabatteurs provoquent la ruée

Pendant que le groupe de bisons se resserre, les rabatteurs se montrent de manière de plus en plus évidente, pour effrayer la harde. S'ils se font voir trop rapidement, ils peuvent pousser les animaux à changer de direction et à fuir loin de la falaise.
Chasse au bison


C'est la ruée!

Quand les bisons paniquent, ils galopent à toute vitesse. Dès que la harde entre dans le couloir de rabattage, les jeunes gens cachés derrière les tas de roches se lèvent et agitent des peaux pour effrayer les bêtes. Le mouvement rapide des peaux effraie les animaux encore plus. De plus, nous plantons dans ces monticules de pierre des peaux souples qui, attachées à des bâtons, se transforment en drapeaux volant au vent.
Chasse au bison

Gerald Tailfeathers, The Kill [La mort], 1960, Collection du musée Glenbow

Gerald Tailfeathers,
The Kill
[La mort], 1960,
Collection du musée Glenbow


La canalisation des bêtes

Près du bord du pisskan (précipice à bisons), nous disposons des rangées de tas de pierres peu élevés. Certains de ces tas de pierres remontent à plusieurs siècles et indiquent les endroits où nos ancêtres chassaient.

Les rangées s'éloignent l'une de l'autre en forme de V à partir du bord du précipice, en direction de la prairie. Les pierres permettent de garder les bisons à l'intérieur du couloir de rabattage pendant qu'ils se ruent vers le précipice.
La canalisation des bêtes

La chute

Les animaux effrayés sont incapables de s'arrêter et ils se jettent du haut de la falaise. Nombre d'entre eux meurent en s'écrasant au sol, tandis que les autres sont abattus à coups de flèches et de lances.


Retour au début Continue

 
 
Accueil Version Flash Remerciements Trousse d'outils de l'enseignant À propos de ce site Commentaires
Propriété intellectuelle, muse Glenbow, . Tous droits réservés.